L’art de vendre du culinaire à la déco

Accueil > Tendance > Parfum d’ambiance : c’est dans l’air

Parfum d’ambiance : c’est dans l’air

mardi 21 décembre 2010, par Samia Ouledcheikh

Bougies, vaporisateurs et bouquets parfumés fleurissent dans les magasins de décoration. Les consommateurs ont tendance à choisir des produits design, car si l’acte d’achat se fait par reconnaissance olfactive, l’aspect extérieur a également son importance.

<produit28|right>Comment expliquer le succès des parfums d’ambiance ? L’histoire du lancement de Synopsis Paris, en juillet, donne un indice. « Passionné de parfumerie, j’ai d’abord exercé des fonctions marketing, avec beaucoup de pression commerciale. Le moyen de me déconnecter était de me créer une ambiance  », raconte Cédric Mérino-Riochet, créateur de la marque. Aujourd’hui, un de ses objectifs est de « permettre à la secrétaire, ou à la personne travaillant sur une chaîne de production, par exemple, de se déconnecter ». C’est en exerçant son métier de photoreporter que Norbert Hiblot, fondateur de Geodesis, a eu l’idée de ramener des fragrances des quatre coins du monde : le figuier pour la Grèce, la lavande de Provence, la rose de l’Inde ou le giroflier de Zanzibar. Car les parfums font voyager : « Le consommateur se retrouve sur plusieurs pistes : le voyage/évasion, le régressif avec les souvenirs d’enfance, et le classique, avec par exemple, des notes florales et fruitées », analyse Marc Devineau, dirigeant de Bougies la Française. Pour lui, l’acte d’achat de ces produits se déclenche essentiellement par reconnaissance olfactive : « Le coup de coeur, c’est la senteur. »

Esthétique à vue de nez

Lampe Berger a donc opté pour des parfums assez inattendus, aux côtés d’arômes plus classiques. « C’est une particularité de notre stratégie, explique Véronique Rouselle-Chrétien, directrice marketing. Cette année, nous avons lancé une escale “Caraïbe mojito”. » Carine Evano, responsable communication de Nature & découvertes, « recommande de trouver un juste équilibre entre les nouveautés et les senteurs basiques dans son assortiment. » Les diffuseurs par capillarités connaissent aussi de belles progressions. Le diffuseur à tiges serait même « devenu le moyen préféré des utilisateurs de parfumer la maison  », estime Françoise Sieffer, directrice générale de Fariboles. « Sans doute parce qu’il apparaît plus efficace par rapport au spray ou à la bougie, sans pour autant les remplacer complètement.  » La preuve : le marché de la bougie se maintient. Les ventes d’encens stagnent. Pour Carine Evano (Nature & découvertes), la forte intensité de la fragrance de l’encens peut expliquer ce phénomène : « Les gens privilégient des senteurs plus douces, plus diffuses.  » L’enseigne étend donc son offre sur les vaporisateurs et les diffuseurs par capillarités. Mais, au delà des préférences de la clientèle, se pose une problématique à laquelle les fabricants veulent répondre : l’environnement. À l’image de Synopsis Paris qui met en avant ses cires naturelles, abeille ou soja, Fariboles opte pour le végétal (ses produits en contiennent 83 %) et la paraffine alimentaire, notant que « le client demande du végétal parce qu’il pense que c’est plus écologique. Car qui dit paraffine dit pétrole  ». Un argument auquel n’adhère pas entièrement Marc Devineau (Bougies la Française), qui pointe un faux débat dans la mesure où il existe des substances allergènes dans les produits naturels. Reste aux fabricants et aux distributeurs d’avoir le nez fin pour construire et proposer l’offre la plus subtile !

Prev Next

0 | 4 | 8 | 12 | 16 | 20 | 24 | 28 | 32 | ... | 112

Abonnez-vous !

  • Les réseaux de franchise à suivre

  • En partenariat avec Toute-la-franchise.com

fleche Toutes les enseignes