L’art de vendre du culinaire à la déco

Accueil > Interview > Bernadette Dodane, p-dg de Cristel

Un industriel face l’actualité…

Bernadette Dodane, p-dg de Cristel

mercredi 7 septembre 2011, par Audrey Chaussalet

Effets d’annonces ou vrais chantiers, le gouvernement met, en 2011, les industriels français sur les feux de la rampe. Nouveaux brevets, taxes, normes… Bernadette Dodane nous parle de son entreprise et nous donne sont point de vue sur les actions menées par le gouvernement.

Considérez-vous que le brevet unique européen, qui devrait être mis en place d’ici à la fin de l’année, sera un système plus simple, moins cher et plus solide pour votre entreprise ?

Bernadette Dodane : Le brevet unique européen serait une évolution intéressante. Chez Cristel, nous avons déposé près de six brevets ces dix dernières années. À chaque fois, sur tous les territoires de commercialisation de nos produits (les pays membres de l’UE, les États-Unis, le Canada et les pays asiatiques comme le Japon). À cela s’ajoutent les dépôts de modèles et de marques, 33 au total, dans 32 pays. Le brevet unique européen faciliterait les démarches pour les entreprises. Surtout si la langue choisie est l’anglais.

Êtes-vous d’accord avec l’idée évoquée par Éric Besson*, ministre de l’Industrie, de mettre en place une TVA anti-délocalisation ?

B. D. : Le gouvernement ferait mieux de taxer davantage les produits qui sont importés afin de freiner la concurrence déloyale ! Il est vrai que les taxes sociales et fiscales augmentent nos coûts de revient, mais il faut bien payer pour bénéficier d’une bonne couverture sociale. Quant aux salaires, les compétences ont un prix !

Votre entreprise est-elle certifiée Iso 14001, cette norme qui vise à mesurer, évaluer et réduire l’impact environnemental de vos activités sur
l’environnement ?

B. D. : Nous nous sommes arrêtés à l’audit à blanc. La lourdeur des démarches administratives et l’expert nous ont découragés à aller jusqu’au bout, car nous n’avions pas l’intention de nous servir de la certification Iso 14001 comme un outil marketing. Nous avons donc décidé de poursuivre l’amélioration de nos démarches et de nous arrêter là. Depuis 2008, 100 % de l’énergie que nous consommons est issue de sources photovoltaïques. Nous avons aussi divisé par deux notre consommation d’eau, en récupérant l’eau usée. Nous avons continué le programme mis en place avec l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) entre 2004 et 2007, sur la réduction et récupération des déchets. À chaque nouvelle installation, la consommation énergétique de la machine est prise en compte. Quant à nos produits, ils sont garantis à vie et nous offrons le rechapage de toutes nos poêles. Ils sont produits en France (de la feuille d’inox jusqu’au produit final). Le circuit d’approvisionnement est le plus court possible, ce qui a un impact sur l’environnement. Nous sous-traitons le transport de marchandise à un transporteur, lequel rationalise les coûts en livrant plusieurs marques. Enfin, nous lancé un système de co-voiturage entre les salariés de notre site et nous avons installé un parking à vélos. Des démarches qui sont, pour Cristel, liées à un engagement moral, et non à un argument marketing. La norme Iso 14001 est d’ailleurs peu connue du grand public.

Quel est le rôle des femmes dans votre entreprise ?

B. D. : Il y a, au sein de notre entreprise, une parité parfaite entre les hommes et les femmes. Et ce, tant dans les bureaux que sur le site de production. Cette complémentarité est une richesse de plus pour Cristel ! Une entreprise gérée par un homme (Paul) et une femme. Une bi-polarité qui a, bien souvent, abouti sur un consensus intelligent. Mais, croyez-en mon expérience, c’est auprès des femmes que les femmes ont le plus de mal à exercer leur autorité.

*« Transférer des charges des entreprises vers un impôt reposant sur une autre assiette, comme la consommation, mérite d’être débattue. Le coût du travail fait partie des éléments clés de la compétitivité. Or, en France, une partie très importante de ce coût correspond à des charges sociales et fiscales. Les charges sociales représentent 53 % du coût du travail en France, contre 40 % Outre-Rhin. »

0 | 4 | 8 | 12 | 16 | 20 | 24 | 28 | 32 | ... | 44

Abonnez-vous !

  • Les réseaux de franchise à suivre

  • En partenariat avec Toute-la-franchise.com

fleche Toutes les enseignes